Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Publié par andika

Vice Versa 2 est la suite du brillant Vice Versa de Peter Docter sorti en 2015. On reprend ici le même concept, sauf que Riley a grandi ! Elle a maintenant 13, âge de l'adolescence et du début de la puberté. Le studio Pixar, avec cette fois-ci Kelsey Mann à la réalisation, réitère la prorusse du premier film, et offre une modélisation plus complexe encore de l'encéphale humain. Car à 13 ans, on acquiert davantage d'émotions, notamment l'anxiété, qui peut turlupiner bien des personnes.

Pour matérialiser cette entrée dans l'adolescence, le parti pris est assez abrupte. Comme les scènes à l'intérieur de la tête de Riley sont les plus importantes, les scènes qui se déroulent à l'extérieur doivent demeurer simple et assurer une vraie continuité. C'est ainsi que le scénario instaure une unité de lieu et une unité de temps. Tout se déroule lors d'un stage de hockey sur glace où l'avenir sportif et social de Riley peut se jouer. Cela permet une narration fluide, qui ne se disperse pas.

On déplorera cependant un peu que les émois amoureux ne soient pas abordés lors de cette plongée dans l'adolescence mais tout de même, l'histoire est assez solide, et émotionnellement forte. Car elle représente bien tous les questionnements de la jeunesse, toutes ses contradictions, ses craintes et surtout, l'importance de la sociabilisation et son impact sur le développement. L'irruption de nouvelles émotions par rapport au premier film crée un choc assez divertissant, sans pour autant trop simplifier le mix qui permet de définir une personnalité. 

La proposition est moins novatrice aujourd'hui qu'en 2015, et pourtant, on prend toujours autant de plaisir à errer dans la tête de Riley, car tout cela est toujours aussi émouvant.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article