Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Publié par andika

Après un premier épisode un peu monotone en 2016 le fameux Doctor Strange a enfin droit à sa suite solo (suite à de multiples apparitions dans les autres films du MCU) avec Doctor Strange in the Multiverse of Madness. Le multivers avait déjà été effleuré  récemment dans Spiderman No Way Home par ce même Doctor Strange qui y faisait un caméo. Mais ici, c'est le personnage principal et il va aller beaucoup plus loin dans l'exploration du multivers. Ce film intéresse déjà parce que Sam Raimi est de retour derrière la caméra d'un film Marvel après sa trilogie Spiderman du début des années 2000. Mais ce réalisateur est aussi connu pour sa maîtrise du genre de l'épouvante. Et on voit avec plaisir ce film prendre cette direction.

Tout commence avec un rêve (ou cauchemar) où une version alternative du Doctor Strange fait face à une situation délicate en compagnie d'une jeune femme, America, capable de passer d'un univers à l'autre. Puis dans l'univers du Strange que nous connaissons, les choses commencent à dégénérer. 

Bien que la narration navigue entre plusieurs univers, et différentes versions alternatives des personnages, on parvient à la suivre de façon assez fluide et les enjeux sont posés clairement. L'antagoniste à des motivations auxquelles ont peut s'identifier et cela amène un petit balancement. 

Mais malgré cette multitude d'univers, on est aussi bien dans une suite du premier film, et c'est avec plaisir qu'on en retrouve enfin les personnages (qui à l'exception de Wong, ne reviennent pas dans les autres films du MCU), tout d'abord Christine (fabuleuse Rachel McAdams) et aussi, le mystérieux Mordo (Chiwetel Ejiofor toujours aussi charismatique). Le cheminement de ces personnages est bien traité et amène des évolutions logiques. 

Mais ce qui est pratique avec des personnages qui existent à l'infini, c'est qu'on peut ne pas trop s'y attacher. Et que la violence peut se déchaîner contre eux sans trop attrister le spectateur. Et c'est là que la patte de Sam Raimi fait mouche. Dans des séquences horrifiques ne reculant devant rien, le réalisateur s'amuse comme un petit fou. Dans les limites de Disney certes, mais tout de même, ce film ne correspond pas forcément aux plus jeunes enfants. 

Les séquences d'action sont fluides et bien maitrisées, la clarté n'est jamais prise en défaut. On regrettera seulement une photographie qui semble par trop souvent artificielle, et on a parfois plus l'impression d'être dans un jeu vidéo que dans une salle de cinéma. Cependant, on passe deux heures haletantes, sans temps mort. Avec son lot de scènes à couper le souffle et de rebondissements savoureux. Pour une fois qu'une suite est meilleure que l'original, on ne va pas faire la fine bouche !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article