Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Publié par andika

J'ai vu tous les films Mission Impossible au cinéma à l'exception du premier signé Brian de Palma. Ça fait très longtemps que je le pratique Tom Cruise en Ethan Hunt et au fur et à mesure que le temps avance, c'est toujours plus haut, toujours plus fort, toujours plus fou !

Ainsi, après un Rogue Nation qui était déjà un blockbuster ultime, ce Fallout réussit à être encore plus sophistiqué, maîtrisé. Christopher McQuarrie à la réalisation démontre une fois de plus tout son talent.

Il s'agit une fois de plus d'une histoire de bombe nucléaire qui disparait et qu'il faut à tout prix retrouver pour éviter un drame. Encore une fois de la trahison, des agents dissidents, le lot de retournements de situations et de scènes d'action à faire décocher la mâchoire. Mais pourquoi ça marche encore au bout de six films ? Pourquoi ça ne lasse pas ? La réponse est simple cette fois-ci, c'est à Paris que ça se passe ! La ville de Paris et déjà magnifique, mais filmée comme ça, avec une sens du cadretrès soigné et surtout une photographie qui fait ressortir toutes les beautés de la ville lumière, on ne peut être que conquis. Voir Tom Cruise à fond en moto rue de Rivoli vaut amplement le prix de la place de cinéma. Mais il n'y a pas que cela, des séquences au Grand Palais, et même une scène intense avec une policière sous le métro Passy, lieu au combien familier pour celui qui fréquente la maison de la radio.

Mais même en dehors de Paris, les séquences d'action impressionnent, à Londres par exemple où l'on voit Tom Cruise crapahuter de toits en toits, et même dans le Cachemire avec des plans totalement dingue où l'on est effrayé de voir qu'il s'agit bel et bien de Tom Cruise lors de cascades folles. On se demande si sa santé mentale va bien, s'il a des idées suicidaires. Mais quand une séquence d'escalade fait directement écho à MI2, on prend tout cela de manière plus légère. Le montage de ces séquences amène une belle fluidité.

Le casting est toujours aussi excellent, notamment le petit nouveau Henry Cavill, tout en muscles et en moustache. Que c'est bon des bagarres dans les chiottes en explosant les cloisons ! Ving Rhames en Luther, toujours là depuis le premier et dans un registre assez émotionnel ici même s'il apporte sa touche d'humour habituel. Sans oublier les merveilleuses Angela Bassett (totalement badass), Rebecca Ferguson (incroyablement charismatique), Michelle Monaghan (très touchante) et enfin, Vanessa Kirby (qui ajoute une touche de légèreté). Des personnages féminins mis en valeur et très bien caractérisés, loin du stéréotype sois belle et tais toi.

Enfin, ce film ressemble à une sorte de psychanalyse de Tom Cruise. Le voir écouter des répliques telles que: "Je vais dormir tranquillement parce que je sais que tu veilles sur le monde", ça dénote quand même une sacrée dose de narcissisme. Par ailleurs, dans cette scène, il semble étonnamment calme et humble lorsqu'il entend cela. Alors oui, Tom sauve le monde, mais à bientôt 60 ans, il faudrait commencer à songer à autre chose, le corps ne suivra pas toujours l'ego !

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article