Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Publié par andika

Les Heures Sombres est un film vraiment, vraiment excellent. Et en le voyant, on se dit qu'il est le complément parfait du récent Dunkerque de Nolan mais aussi du Discours d'un Roi. Là où Dunkerque pouvait frustrer car il ne traitait pas assez des personnages et le Discours d'un roi, parce qu'il ne traitait pas assez de la guerre, les Heures sombres vient combler ces manques.

Même contexte historique et géographique mais différents personnages, et ça change tout. Comment traiter en effet de cette époque sans mettre Winston Churchill au centre du jeu ? Impossible à moins qu'il ne manque quelque chose. Et dans ce film, cette histoire, il ne manque rien.

C'est un film sur Churchill mais pas que néanmoins, il convient de développer ce personnage pour pouvoir appréhender de manière satisfaisant cette époque. Comprendre à quel point il était tourmenté et parfois déprimé, et comment cela faisait contraste avec son immense force de caractère et sa fantastique éloquence. Non pas une force tranquille mais une force fragile, mais force tout de même. La force nécessaire pour prendre la décision de sacrifier 4000 hommes afin d'en sauver 300000, la force nécessaire pour faire face à ses alliés du parti conservateur qui ne font que conspirer dans son dos. Ainsi, le duo infernal Chamberlain et Halifax ne cesse faire peser la menace tout au long du film. La force également pour convaincre le Roi George VI, bien moins bègue qu'on ne pourrait l'imaginer et campé par un excellent Ben Mendelsohn. Mais il faut ici surtout souligner la merveilleuse performance de Gary Oldman en Churchill, que ce soit au niveau du jeu de corps, les expressions faciales, la voix, la diction, l'élocution, il fait simplement revivre Churchill de manière plus que convaincante en nous touchant au fond du cœur avec toutes les émotions qu'il nous transmet.

La reconstitution du Londres des années 1940 est très belle et convaincante, une scène dans le métro retient davantage l'attention où quand le premier ministre rencontre son peuple qui s'exprime de la manière la plus claire par la voix d'une enfant. Jamais ils ne se rendront aux Nazi, il faudra combattre, sans relâche, malgré les conciliabules et la paix que certains voudraient signer.

Une réalisation sobre avec néanmoins des traveling et des mouvements de caméras très intéressants, des acteurs au sommet, que du bon !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article