Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Publié par andika

Avant même le roman de Louisa May Alcott, Les filles du Docteur March évoque pour moi un dessin animé japonais, et plus précisément, son générique. Je n'ai jamais regardé cette série adaptée mais à cause des pubs, cette chanson est maintenant dans ma tête jusqu'à la fin de ma vie.

La récente adaptation du roman que l'on doit à Greta Gerwig est une proposition intéressante de cinéma. Tout d'abord par la belle reconstitution de l'époque de la Guerre de Sécession, avec des costumes magnifiques, des décors plus vrais que nature et une photographie à tomber. Une mise en scène usant drôlement du ralenti et du traveling pour l'histoire racontée, mais qui toutefois propose des plans intéressants au niveau esthétique.

Les comédiens sont tous excellents, mention spéciale à Saoirse Ronan, qui offre une grande variété d'émotions.

Le propos est passionnant, au sujet de la femme dans la société notamment mais aussi, de l'amour avec un grand A. De l'ainée Meg qui rêve d'un mariage romantique, à la cadette Amy, qui court après un mariage d'intérêt. Sans oublier Jo, celle décrite comme le garçon manqué, qui n'aime rien de mieux que l'écriture, ses nouvelles et les pièces de théâtre qu'elle invente et fait jouer à sa famille. L'amour toujours de Beth, pleine de compassion et d'humanité, la meilleure des quatre tant elle est douce et désintéressée. L'amour est donc présenté dans toutes ses formes, et l'irruption de personnages masculins amène son grain de sel. Ainsi, les français Timothée Chalamet et Louis Garrel amènent leur charme naturel et opèrent une séduction immédiate.

On déplorera en revanche la narration et le montage qui font fi de l'ordre chronologique, désamorçant ainsi les tensions, et les conflits entre les personnages. Mais que d'évasion, que d'aventure et surtout, que d'amour avec ce film !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article