Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Publié par andika

En matière des jazz à Paris, il y a les endroits incontournables. A proximité de la rue des Lombards par exemple où l'on va trouver le fameux Duc des lombards, le Baiser salé, le Sunset Sunrise. Évoquons aussi le New Morning avec ses sons un peu plus éclectiques. Sans pour autant oublier le Caveau de la Huchette mentionné dans La La Land ! Sachez dorénavant que le Studio 104 de la maison de la Radio est également un lieu dédié au jazz. Avec ses avantages, une acoustique impeccable, une qualité d'écoute incomparable, un confort appréciable. Mais lorsqu'on est un habitué des clubs de jazz, on pourra simplement déplorer de ne pas pouvoir siroter un verre pendant le show !

Pour ce premier jazz sur le vif de l'année au Studio 104 de la maison ronde, la chanteuse franco américaine Cécile McLorin Salvant était à l'honneur. Mais en première partie, le contrebassiste française, Clovis Nicolas accompagné de de son quatuor a ouvert les débats. Un quatuor, sans piano, mais avec trompette, saxophone et guitare. Bien que les différents musiciens n'aient pas eu beaucoup l'opportunité de répéter ensemble, (ils se sont retrouvés le matin même), leur jeu avait une fluidité appréciable. Un flot continue de musique pour entrer dans une ambiance jazzy et sophistiqué au possible, où les différents instrumentistes dialoguent en musique. La Freedom Suite de Sonny Rolins a été un grand moment de maîtrise et de virtuosité, qui n'avait rien à envier à l'ambiance d'un authentique club de jazz de New York, où réside justement Clovis Nicolas.

A la suite d'un bref entracte, voici maintenant la chanteuse Cécile McLorin Salvant accompagnée du pianiste américain Sullivan Fortner. Et dès le début, l'ambiance intimiste d'un club est présente. La chanteuse présentant au public ce qu'elle chante, avec force détails. Ces petites histoires accompagnants les chansons font tout le sel de ce genre de moment. Comme l'histoire de cette tireuse d'élite qui a donné la fabuleuse chanson intitulée You can't get a man with a gun. La chanteuse ironisant également sur le fait que les chansons en français qu'elle interprète son souvent déprimantes. Pour embrayer tout de suite après par une chanson dont le titre est J'ai le cafard ! Que ce soit en français ou en anglais, la qualité de chant est magnifique, tant dans l'intonation que dans la sincérité du texte. Et puis quelle présence scénique. On pourrait l'écouter ainsi des heures. Saluons aussi le pianiste Sullivan Fortner qui a parfois des saillies au piano assez jubilatoires. Son enthousiasme est communicatif et pour ne rien gâcher, sa voix est aussi magnifique lorsqu'il rejoint la chanteuse pour un duo. Au bout du 3ème bis sur du Barbara, il était déjà temps de se quitter et pourtant, on aurait aimé que cela dure toute la nuit ! Une prochaine fois peut-être !

Programme du concert du 18 janvier 2020
Clovis Nicolas & Freedom Suite
Steve Fishwick trompette
Dmitry Baevsky saxophone alto
Clovis Nicolas contrebasse et direction
Greg Hutchinson batterie

Cécile Mclorin Salvant
« The Window »
Cécile Mclorin Salvant chant
Sullivan Fortner piano

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article