Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Publié par andika

On se plaint parfois du manque de créativité qui sévit à Hollywood. Du fait que les nouvelles sorties en salles soient souvent des suites, des franchises ou des remakes. La faible présence de scénarios originaux. Toutefois, une suite bien faite, est un plaisir qui ne se refuse pas. Un remake supérieur au premier film, a évidemment de l'intérêt. De plus, il n'y aurait pas de musique si les compositeurs ne cessaient de se citer entre eux et de recycler des thèmes en pagaille. Que ce soit du classique, du jazz ou même de la pop avec le fameux sample.

Et Bad Boys For Life, le fameux Bad Boys 3 que j'attendais depuis 2002 est un film digne d'intérêt. D'une part, parce que cette suite était désirée par les fans depuis très longtemps. D'autre part, parce que les réalisateurs, Adil El Arbi et Bilall Fallah ont grandi en regardant ces films. Et le fait d'avoir deux jeunes remplaçants à Michael Bay fait que pour ma génération, ce film est d'autant plus attirant.

Bad Boys, c'est un film que j'ai en VHS depuis plus de 20 ans et dont je connais chaque réplique par cœur. Le 2, je ne l'ai vu qu'une seule fois en revanche, au cinéma, je l'avais profondément aimé, mais je ne l'ai jamais détenu chez moi. Le 3 s'est fait attendre si longtemps que je n'y croyais plus. Bad Boys, c'est de l'action, de l'humour, des explosions, et une ambiance tellement particulière. C'est aussi et surtout le tandem formé par Will Smith et Martin Lawrence.

Quel plaisir de les retrouver, fringuants, sans une ride ! Mike toujours aussi flambeur et Marcus, toujours aussi drolatique. Mais surtout, quel plaisir d'avoir un scénario si inventif et surprenant malgré la familiarité que l'on peut avoir sur ces personnages. Les enjeux dramatiques ne sont pas négligés. Au contraire, ils sont assez lourds et tiennent en haleine tout au long du film. Beaucoup de surprises et de chocs. Tout cela est bien équilibré par l'humour inhérent au genre, qui vient irriguer de nombreux passages du film. Les scènes d'action sont fluides et ce, grâce à une réalisation inventive, avec des mouvements de caméra très intéressants. Des traveling audacieux qui suivent les personnages, des plans qui semblent être tournés depuis un drone. Nous avons aussi droit aux plans iconiques de Bad Boys, en contre plongée, mettant en valeur nos deux héros. Enfin, l'ambiance de Miami est prenante, avec pour une fois, de nombreux dialogues en espagnol. On apprécie également que ce film en profite pour s'interroger  subtilement sur sa propre violence.

Il en ressort qu'avec des ingrédients déjà connus, on obtient quelque chose de totalement neuf mais tout de même familier. Bad Boys 3 est un petit plaisir dont on aurait tort de se priver.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article