Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Publié par andika

L'Orchestre National de Lille s'est lancé avec son directeur musical Alexandre Bloch dans l'aventure d'une intégrale des symphonies de Gustav Mahler. En ce début de saison 2019/2020, ils s'attaquent à la 7ème, sur plusieurs dates en tournée, puis pour un enregistrement. Pour le plaisir du public parisien, ils ont fait un petit crochet par la Philharmonie le samedi 19 octobre 2019.

La Symphonie n°7 en mi mineur "Chant de la nuit" de Mahler est sans doute sa composition la plus mystérieuse dans son corpus orchestral. De sorte qu'elle est un peu mal aimée, et moins jouée que les autres. Et pourtant, elle ne manque pas de charme. D'une forme atypique, en cinq mouvements, avec les fameuses Nachtmusik (musique de nuit) encadrant le Scherzo noté Schattenhaft (fantomatique), elle recèle des passages merveilleux qui feront fondre les plus récalcitrants. Composée en 1904, elle annonce déjà le modernisme et regarde résolument vers l'avenir.

Lorsque l'Orchestre National de Lille arrive sur la scène de la Grande Salle Pierre Boulez, on est tout d'abord étonné de voir la disposition des pupitres, notamment avec les contrebasses qui se placent derrière les cuivres. Les violons 1 et 2 placés de part d'autre du chef. Mais à peine le temps de remarquer ces détails que l'on est emporté par l'énergie d'Alexandre Bloch, qui emporte tout sur son passage. Après un début aux couleurs onctueuses, grâce notamment à un pupitre de cuivres excellent. Impossible de se lasser des pages du fameux Tenorhorn dans ce premier mouvement. Sa forme, faite de ruptures de tons, est empoignée avec gourmandise par le chef qui fait crisser les cordes à chaque changement de direction. Une impression de séquençage domine au détriment d'une vision globale hypothétique. Mais plus que le débat intellectuel, l'effet immédiat produit est sans doute ce pourquoi l'on se déplace au concert un samedi soir. L'orchestre s'accorde de nouveau avant d'attaquer la première Nachtmusik. Quel choix judicieux de tempo. Ce mouvement noté Allegro moderato n'est pas gâché lorsque le chef choisit de ralentir un peu. L'ensemble est d'une redoutable précision et une atmosphère mystérieuse s'instaure, ponctuée par la variété de couleurs apportées ça et là par la petite harmonie et les cuivres. Dans ce tourbillon de musique de nuit, on apprécie également les dialogues entre les différents pupitres, mais on déplorera toutefois ne pas forcément entendre certains instruments de l'orchestre à certains moments, pour des raisons d'équilibre. Mais soulignons toutefois ici la légèreté des cordes et surtout, le fabuleux pupitre de violoncelles. Dans le troisième mouvement, le fameux Schattenhaft, le chef apporte un grand soin aux nuances, l'ambiance s'assombrit, comme si un voile recouvrait la salle et l'orchestre. Un son ouaté où les violons se révèlent pleinement, dans un emballement jeu de questions réponses. La seconde Nachtmusik quant à elle étonne par la tension qui en ressort, alors qu'il s'agit d'une élégante sérénade. Mais c'est pour mieux jouer la détente après les passages animés. Ce contraste entre la douceur des harpes, de la mandoline et de la guitare, avec les les cordes qui sont dans un autre registre. Un épisode emplit de délices avant un final en fanfare. Un do majeur de circonstance. Aucune retenue, aucune crainte de la part du chef qui n'hésite pas à assumer l'ambiance festive ce final. Les attaques sont franches, le tempo allant, et les percussions s'illustrent. Ambiance de kermesse, de cirque, pour une joie réelle d'entendre une telle musique jouée par un orchestre à l'engagement sans faille.

En résumé, Alexandre Bloch, c'est des idées, de l'enthousiasme, de la passion. Aucune routnie n'a sa place avec lui, et son petit nœud papillon rouge est du plus bel effet !

Programme du concert du 19 octobre 2019 à la Philharmonie
Gustav Mahler Symphonie n° 7 en mi mineur "Chant de la nuit"
Alexandre Bloch Direction
Orchestre National de Lille

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article