Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Publié par andika

Mardi 12 mars 2019, je me suis rendu au Théâtre Romain Rolland de Villejuif afin d'assister au spectacle Cendrillon avec ma sœur, en compagnie de scolaires ! Et ayant effectué mon primaire à Villejuif, quelques années auparavant, j'aurais été à la place de ces enfants dans ce lieu qui m'est si familier.

Cendrillon, avec ma sœur est un spectacle assez inclassable, à mi chemin entre récital de piano et pièce de théâtre, il transcende les genres afin de trouver sa propre vérité, et ça marche. Tout cela doit beaucoup aux deux protagonistes que l'on voit sur scène. A savoir la pianiste Célia Oneto-Bensaid et la comédienne Olivia Oneto Dalric, deux sœurs à la ville, effectivement. De leur complicité est née cette initiative qui a eu pour vecteur le conte des Frères Grimm et la musique de Prokofiev. Cendrillon, tout le monde connaît et pourtant, cette histoire réserve encore beaucoup de surprises. Notamment dans la version des Frères Grimm qui est plus dure que celle de Perrault. Mais également au niveau musical avec le ballet de Prokofiev qui recèle des trésors musicaux  avec des harmonies modernes et onctueuses. La mise en scène de spectacle assurée par Alexandre Ethève offre également d'autres surprises. Avec par exemple des effets pyrotechniques assez impressionnants et autres joyeusetés.

La force de ce spectacle, c'est de faire d'une histoire connue quelque chose de haletant. On revient rapidement sur les origines de Cendrillon, le décès de sa mère, avec un texte raconté par Olivia Oneto Dalric, dans un ton assez triste et une musique en retrait. Mais dès l'irruption des deux sœurs, l'histoire est davantage racontée par le piano qui illustre la relation de Cendrillon avec ses sœurs. Le choix opéré par Célia Oneto-Bensaid de Querelle à ce moment là est impeccable et permet de véhiculer ce qui se passe avec une grande précision. Mais la pianiste ne se contente pas de jouer de son instrument, elle donne bien souvent la réplique à la comédienne. Et chose étonnante, le texte est récité de façon assez musicale et même parfois un peu chanté. Le rythme est toujours soutenu et ne laisse jamais la place à l'ennui. Les deux artistes donnent de leur personne.

Crédit photo William Beaucardet : philharmonie de paris décembre 2017

Crédit photo William Beaucardet : philharmonie de paris décembre 2017

La comédienne Olivia Oneto Dalric par son jeu tout d'abord, que ce soit la façon de dire le texte en y ajoutant des choses de son cru et en s'adressant parfois directement au public. Le jeu du corps, ensuite, est tout aussi intéressant, n'hésitant pas à grimper sur le piano, à en toucher les cordes, se déchausser pour illustrer le fameux passage du soulier de Cendrillon. La pianiste Célia Oneto-Bensaid proposant pour sa part un jeu toujours dans le bon tempo et communiquant une belle énergie dans certaines séquences où le texte est absent. Si le rythme ne retombe pas, la musique et son interprète y sont pour beaucoup. Et en parlant de musique, il faut saluer son travail de sélection des extraits du ballet de Prokofiev. Car il s'agit là d'une source assez étendue. Des valses du bal à la musique des fées mais également d'autres passages moins connus et tout aussi appréciables. Mais pas le temps de s'extasier sur la technique de la pianiste tant l'histoire est haletante ! Car oui, dans cette version Grimm, on a de nombreuses surprises. On découvre par exemple un certain goût pour la mutilation de la part de ces auteurs. Mais surtout, ce conte propose aussi une morale enrichissante. A savoir, ne jamais se résigner et toujours recommencer pour poursuivre ses rêves. Même si on doit essayer à de plusieurs reprises. Démarche pas si éloignée de la vie de l'artiste qui pour parvenir au meilleur de son art, doit déployer des efforts considérables. On transmet ainsi la notion de résilience. Ce genre de chose parle aux petits et pas moins au plus grands ! Merveilleux spectacle !

Programme

  • Sur une idée originale de Olivia Oneto Dalric et de Célia Oneto Bensaid
  • Musique librement adaptée du ballet de Sergueï Prokofiev
  • Texte : Jacob et Wilhelm Grimm
Distribution

Célia Oneto-Bensaid

piano
Olivia Oneto Dalric jeu
Alexandre Ethève mise en scène
Sabine Schlemmer costumes

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article