Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Publié par andika

Alita, de Robert Rodiguez et produit par James Cameron, est un film généreux. Tout d'abord généreux en action dans des séquences assez dingue avec de beaux mouvements de caméra et une belle photo. Mais généreux aussi en émotions, en naïveté, en candeur. Tout cela caractérise le personnage éponyme d'Alita. Adapté du manga culte Gunnm, le film nous présente un monde sinistré après une guerre contre des extra terrestres. Ceux restés sur terre évoluent dans un paysage lugubre, entre androïdes et hommes augmentés, tandis que la cité qui est restée dans le ciel semble être une sorte d'eldorado. 

C'est dans son contexte que le tronc de la fameuse Alita est retrouvé dans une sorte de décharge. Pendant tout le premier acte du film, on côtoie ce personnage candide, naïf, qui découvre le monde avec ses grands yeux toujours émerveillés. Comme dirait Panglos, tout est au mieux dans le meilleur des mondes. Pas d'antagoniste, que de l'amour de la vie. Mais peu à peu, la part sombre des choses se révèle. Chaque personnage évolue selon ses propres intérêts, sans toutefois désigner de manière trop grossière les méchants et les gentils. Même si on ne passe pas à côté de certains personnages très stéréotypés. 

Moins le regard reste naïf, plus on s'aperçoit à quel point ce monde est corrompu et laid. C'est alors qu'il est très intéressant de confronter à cela l'innocence et la pureté. Enfin, l'innocence guerrière et super habile au combat bien entendu. On se rend compte que pour survivre, pour changer le monde, cette innocence, il faut la perdre. Ou plutôt, il faut en faire une véritable force, sans jamais être dupe de ce monde sinistre.

Ce film ne serait pas aussi réussi sans un casting assez bien foutu. Car faire croire à ce monde requiert un certain engagement des comédiens. Ainsi, on a un toujours parfait Christoph Waltz, cette fois-ci en pygmalion et mécanicien en chef qu'est le Dr Dyson. Une Jennifer Connnelly au jeu subtile, profond et assez intériorisé en Chiren. Un Mahershala Ali parfait antagoniste en Vector. Et enfin une Rosa Salazar tellement touchante en Alita que même les effets spéciaux n'altèrent en rien les émotions qu'elle véhicule.

Alita, c'est de l'émotion, de l'action et surtout une agréable surprise.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Regarder le film complet en ligne 03/03/2019 17:08

Alléchant !