Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Publié par andika

Mahler, film éponyme d'un célèbre compositeur, a été fait par des personnes qui aiment sa musique pour des personnes qui aiment sa musique. Mais pourquoi un tel film tant sa musique nous parle déjà au plus profond de nous mêmes ? Absolument pas pour faire un biopic, genre tellement à la mode de nos jours. Non, il s'agit ici d'une fantaisie, d'un songe, d'un fantasme de ce qui aurait pu être dans un monde moins triste. Ce film rêve d'un Mahler qui n'a pas existé mais qui semble subsister comme cela dans l'esprit des auditeurs qui sont venus à lui bien des années après sa disparition. Car oui, même s'il annonce à la fin du film qu'il sera là pour l'éternité à travers sa musique, même si comme il l'annonçait, son temps est venu, il a pourtant bel et bien disparu.
Mais à travers ce film, il renaît perpétuellement. Sa femme Alma l'aime, les enfants l'acclament, il peut écouter sa 9ème symphonie de son vivant et en débattre dans un train ! Quel monde formidable !
Un monde qui incite au voyage car il raconte un voyage tout comme la musique de Mahler est un perpétuel voyage qui dépeint notre monde. L'histoire est simple, il s'agit du retour de Mahler à Vienne à la fin de sa vie, après avoir quitté l'opéra de New York car il se sait victime d'un mal incurable au coeur. En plus de s'effectuer au travers de beaux paysages, le voyage se fera surtout en musique et en rêves, dans la tête de Mahler. Mais aussi en souvenirs à travers des flashbacks relatants son enfance avec son père. Dans ses séquences, on découvre également son initiation aux fanfares militaires qui jalonnent son oeuvre.

L'usage de l'oeuvre de Mahler est fait à très bon escient. Ses symphonies sont parfois supplées par la musique de Wagner pour des séquences oniriques très étonnantes. Notamment lorsqu'on revient sur l'épisode de la conversion au christianisme afin d'accéder au poste de directeur de l'opéra de Vienne. L'atmosphère particulière de la 7ème symphonie est quant à elle utilisée pour une séquence de danse monotone, là où la fameuse marche funèbre de la Symphonie Titan sert effectivement à illustrer un enterrement.

La composition des plans est très soignée, notamment lorsqu'on montre cette nature que Mahler aimait tant, les acteurs (notamment Robert Powell charismatique en Mahler et Georgina Hale superbe Alma) très engagés dans ce projet un peu fou mais tellement spécial. Il était difficilement possible de rendre un hommage si spécial à la musique de Mahler qui a tant fait couler d'ancre et qui continuera à le faire pendant encore de très nombreuses années.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article