Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Publié par andika

La production actuelle de l'opéra Boris Goudounov de Moussorgski à l'Opéra de Paris fait beaucoup parler. Que ce soit pour la présence du chef russe Vladimir Jurowski qui dirige à cette occasion l'orchestre de l'Opéra de Paris, ou pour la fameuse mise en scène de Ivo van Hove. Nous l'avons vue le mercredi 13 juin 2018 à Bastille.

Boris Goudounov est un monument de la culture russe, une histoire connue de tous là-bas, notamment grâce à Pouchkine. Les désirs de grandeurs du Tsar mais sa culpabilité qui le ronge tant le crime qu'il a commis pour obtenir le pouvoir est atroce, l'infanticide. Tout dans la musique et dans la mise en scène illustre cette souffrance. Cette brutalité du son, ce chant rude, avec notamment un chœur puissant, à faire chavirer les âmes, tant il montre de la conviction, de la profondeur et du panache. Jurowski parvient à insuffler une âme russe à tout ce beau monde, de l'orchestre aux chanteurs, et l'effet produit est saisissant. Dès l'ouverture du premier tableau avec ce début aux bois, puis l'irruption des cordes, très rythmées et incisives. Tout au long de l'ouvrage, la gestion des dynamiques, des tempi et des équilibre sera remarquable.

La simplicité des costumes, modernes mais qui n'en sont pas moins authentiques. Ce peuple qui ploie tout en attendant un hypothétique sauveur accentue l'effet dramatique.

Cet opéra est un tourbillon d'intensité qui ne baisse jamais, on assiste à la chute d'un homme, à sa lente déliquescence mentale, et c'est très troublant. Le minimalisme de la mise en scène donne à cette tragédie un côté inéluctable. Mais le théâtre est la faiblesse de cette production. Il est en effet difficilement concevable qu'il ne soit pas possible de voir l'ensemble de la mise en scène selon l'endroit où l'on se trouve, ou du moins, cela devrait être précisé (en gros) sur la place. Heureusement, la musique de Moussorgski est amplement suffisante, contrairement à ce qu'ont peu en penser Rimsky Korsakov ou Chostakovitch !

 

L'opéra est visible sur culturebox jusqu'en décembre.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article