Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Publié par andika

La Forme de l'eau est sans doute le film événement de ce début d'année 2018. Déjà multi primé et favori des Oscars. On le doit à Guillermo Del Toro, réalisateur mexicain prolifique, qui adore nous raconter des contes initiatiques, de préférence avec des monstres. Il allie un univers tantôt gore, tantôt baroque, comme de Crimson Peak. Mais il est aussi capable d'aller totalement dans le fun comme dans Pacific Rim.

Le forme de l'eau est un conte, très moderne, bien qu'utilisant une narration proche du film pour enfant, il raconte une histoire très adulte. Notamment de part la sexualisation très présente, mais aussi des questions sociales qu'il soulève. Ainsi, pèle mêle, on a droit à la guerre froide, la question raciale aux USA, le chômage, la place de la femme dans la société, la religion...  Mais tout cela est traité avec beaucoup de subtilité et non moins d'humour. On se demande donc dans une scène à quoi pourrait bien ressembler Dieu, en se disant qu'au final, il serait plutôt noir que blanc. On caricature à outrance la housewife américaine qui doit se taire en toutes circonstances, surtout pendant l'amour. On ne considère pas les femmes de ménages, alors qu'ironiquement l'un des personnages principaux occupe cette fonction.

Mais n'allez pas croire que tout est aussi sérieux. Au contraire, beaucoup de rêverie et de poésie ici. Une histoire d'amour totalement folle entre un monstre aquatique sur qui on fait des expériences et une femme de ménage chargée de nettoyer le laboratoire, et pourtant, on adhère totalement. Parce que l'amour est comme l'eau, il s'adapte à tout, il est malléable. C'est la grande réussite de l'auteur que de faire adhérer le spectateur à cette idée. Chose qu'il parvenait moins à faire dans Hellboy 2. La bande originale d'Alexandre Desplat est exquise. La réalisation quant à elle, sans trop en faire, exhale le cinéma à chaque plan. Enfin, le casting est merveilleux avec un Michael Shannon fait pour jouer les méchants, une Sally Hawkins magnifique et une Octavia Spencer excellente.

Cinéma de l'évasion et de l'enchantement, la forme de l'eau ravira celui qui veut croire, celle qui voudra aimer mais laissera de marbre celui qui ne sait plus rêver. Un film merveilleux qui fait du bien.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article