Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Publié par andika

Black Panther semble être un film important pour la communauté afro-américaine. Personne n'ignore les dissensions qui peuvent exister au sein de cette société et les soucis de représentativité et même de représentation qu'on peut parfois rencontrer dans l'industrie du cinéma à Hollywood. Sans être la panacée, ce film a tout de même pour ambition de remettre les points sur les i et de solder quelques comptes.

Black Panther est un personnage de comic Marvel créé en 1966, à une époque contemporaine du mouvement des droits civiques aux États-Unis. Et aujourd'hui encore, l'influence de cette page de l'histoire se ressent sur ce film.

On suit les aventures de T'Challa, roi du Wakanda, pays imaginaire d'Afrique très avancé technologiquement et qui vit dans l'isolement afin de préserver ses ressources en vibranium. Avec le titre de roi, va le rôle de Black Panther. Il règne sur quatre tribus plus une qui est dissidente.

Le contexte est très bien posé, et ce pays imaginaire est crédible et passionnant. L'écriture est simple mais précise, directe, sans fioriture, on cherche l'efficacité. On comprend rapidement les tenant et aboutissant de cette société, son tribalisme, ses traditions. Et même si ce qu'on voit à l'écran est une vision américaine d'une Afrique fantasmée, elle n'en est pas moins authentique. Un peu naïve certes, mais tellement vivifiante.

En sus du contexte, les personnages sont vraiment bien travaillés, caractérisés. Chadwick Boseman est plein de charisme en Black Panther tandis que Michal B Jordand fait un merveilleux antagoniste. Point de manichéisme ici, juste différents points du vus. D'où certaines références biens vues à Shakespeare tant on a l'impression d'assister à un drame. Comment réagir face à l'injustice, comment aider ceux qui n'ont rien alors qu'on a tout ? Où s'arrête la raison d’État, où commence le sens de la morale, de l'honneur et de la famille ? Le film pose toutes ces questions et teste chacun de ses personnages. D'une société apaisée à une quasi guerre civile. Une sorte de crise cathartique afin de retrouver qui on est et plus important, ce qu'on doit faire. Alors, oui, ce n'est qu'un film, mais c'est aussi une bouffée d'air frais pour celui qui se sent opprimé, oppressé. Et c'est un fantastique modèle porteur d'espoir pour l'enfant qui voit pour la première fois au cinéma un héros qui lui ressemble un peu.

Oui, Marvel est capable de cela, poser des questions profondes, sortir du simple fun d'un Spider-Man Homecoming par exemple, même si l'humour ici est à chaque fois utilisé à bon escient. Enfin, il reste à souligner le fantastiques travail au niveau de la bande originale composée par Ludwig Göransson dont les influences oscillent entre l'Afrique et l'Amérique, avec notamment des usages de percussions assez vivifiants.

Black Panther est un film ambitieux, qui remplit aussi son cahier des charges, avec beaucoup d'action, beaucoup d'humour. Pour un Marvel, prototype du film fast food, c'est une très agréable surprise. Ryan Coogler passe le test haut la main !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article