Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Publié par andika

Milos Forman doit certainement être passionné par la figure du génie parce qu'après son Amadeus au sujet de Mozart, voici venir ce film au sujet de Andy Kaufman, génie comique. Un provocateur, un incompris, un prophète, une personnalité hors du commun. Là où Amadeus célébrait la musique de Mozart, Man of The Moon questionne constamment le spectateur, sa perception, ses émotions.

L'art, le spectacle vivant, tout cela est destiné au public comme le rappelle le père du héros au début du film lorsqu'il trouve son fils en train de faire un spectacle pour lui tout seul. Afin d'y remédier, il commence à jouer devant sa sœur mais elle n'est qu'un prétexte à son envie d'assouvir sa soif de performance. Il ne joue pas pour elle mais grâce à elle, à ses dépends. S'il pouvait s'en passer, il le ferait volontiers...

Il amène cela plus loin avec un vrai public dont il va tester sans cesse les limites. Le public est-il passif ou acteur de la performance ? Plus Kaufman va loin, plus son public sera acteur et même complice. Au lieu de jouer devant le public, il se joue du public lui-même.

Jim Carrey excelle dans ce rôle, avec une palette d'émotions extraordinaire et surtout dans le côté meta. On ne sait jamais s'il est totalement sérieux ou s'il plaisante et c'est vraiment parfait pour ce rôle. Il convient de souligner également la beauté de la mise en scène qui reconstitue les années 70-80 avec minutie.

Enfin, ce qu'il y a de bien avec la performance, c'est qu'on sait quand elle commence mais qu'on ne sait pas forcément quand elle s'arrête. Il y  a la dedans une part de mystère qui en fait toute la magie et qui fait qu'on ne descend pas tout à fait de la lune. Un beau film. Très émouvant.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article