Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Publié par andika

Dimanche 19 novembre 2017 avait lieu un concert avec un programme assez court à la maison de la radio. Près d'une heure pas plus avec tout d'abord les Nuages gris de Franz Liszt  ( transposé pour orchestre par Heinz Holliger) et  Ainsi parlait Zarathoustra de  Richard Strauss. Pour l'occasion, l'Orchestre National de France était dirigé par son directeur musical, Emmanuel Krivine.

Concert destiné au jeune public en ce dimanche après midi d'automne, ils étaient nombreux les enfants dans l'auditorium, ainsi, Saskia de Ville a présenté le programme avant le concert, initiative très positive et c'était une occasion de la voir en chair et en os après près d'une année à l'écouter dans la matinale de France Musique.

Programme assez ambitieux bien que court et qui sollicite toutes les ressources de l'orchestre. En effet, pour jouer ces partions, il faut être capable de jouer toutes sortes de nuances, d'avoir une grande cohésion, un phrasé précis et bien des qualités que possède l'ONF.

Les dissonances des Nuages gris dans des nuances pianos étaient inquiétantes, troublantes avant que le fracas des cuivres ne vienne mettre tout cela en pièce. Œuvre courte mais impressionnante mais visiblement pas assez pour le chef qui fait reprendre un passage à son orchestre, le voulant parfait pour la diffusion ultérieure à la radio !

La suite est connue, enfin une partie de la suite. Ce Zarathoustra qui inspire les compositeurs de Mozart dans la flûte enchantée à Mahler dans la 3ème symphonie. Et bien bien entendu, comment ne pas citer 2001 de Kubrick qui utilise cette musique !

En concert, c'est très impressionnant et tellement intense. Le chef levait même la jambe à certains moments afin d'accentuer les crescendos. Les nuances une fois de plus étaient sollicitées avec des tuttis fortissimos absolument fabuleux bien que le son sature un peu dans cette salle. Des cuivres et des percussions vraiment phénoménales, des cordes au diapason et des solistes tous très en forme. Mais mention spéciale à l'orgue qui s'invite de temps à autre tout en se fondant parfaitement à l'ensemble. La qualité des attaques, la netteté et l’intelligibilité du phrasé de l'orchestre ont permis de faire parler Zarathoustra de manière très éloquente. Un beau concert !

Programme
Franz Liszt / Heinz Holliger
Nuages gris - Unstern, transcriptions pour orchestre

Richard Strauss
Ainsi parlait Zarathoustra

Saskia de Ville présentation
Orchestre national de France
Emmanuel Krivine
 direction

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article